Implant dentaire les differentes etapes

Implant dentaire les differentes etapes
Les implants dentaires font fureur. Mais savez-vous exactement ce qu’ils sont ? Voici un guide complet pour répondre à toutes vos questions.

Les implants dentaires font fureur. Aujourd’hui, c’est l’un des traitements les plus proposés dans les cliniques dentaires et les grandes sociétés dentaires les proposent avec des campagnes publicitaires agressives.

Mais savez-vous en quoi consiste un traitement par implant dentaire ? J’imagine que, à moins que vous ne soyez dentiste ou que vous ayez fait la spécialité de l’implantologie , la réponse est non, ou peut-être avez-vous entendu parler de traitements visant à remplacer les dents par une sorte de « vis » qui se fixe sur l’os.

Je vous expliquerai ensuite les étapes à suivre si vous souhaitez bénéficier d’un traitement par implants dentaires… La première étape est évidemment celle que nous voudrions tous éviter : l’extraction d’une dent ou d’une molaire, nous vous recommandons toujours, avant d’enlever une dent ou une molaire, d’essayer de suivre un traitement conservateur : un curetage ou une chirurgie parodontale si votre problème est un traitement de gencive ou de canal et la pose d’une facette en porcelaine si votre problème est une carie profonde. S’il n’y a pas d’autre choix, vous devrez le supprimer. Les étapes à suivre sont les suivantes :

1- DIAGNOSTIC PROTHÉTIQUE


Il faut d’abord procéder à une planification prothétique correcte. Le prosthodontiste doit décider de la nature de la réhabilitation dentaire, qu’il s’agisse d’une seule dent, de quelques dents ou d’une arcade dentaire entière. Le prosthodontiste est le spécialiste qui déterminera le mieux à quoi ressembleront les futures dents. Il ne s’agit pas de mettre quelques dents et de mordre ensuite ! NON ! Les dents doivent avoir une forme, une taille et une couleur déterminées pour chaque patient. Et ils doivent remplir une série de fonctions (mordre, avaler, vocaliser…) d’une certaine manière. Si vous vous faites arracher les dents de quelque manière que ce soit, vous serez très frustré de ne pas pouvoir sourire, parler, etc. correctement. Dans la deuxième partie de cet article, j’expliquerai plus en détail les différents traitements de réhabilitation. Dans cette première partie, nous nous concentrerons sur la partie chirurgicale

2-DIAGNOSTIC RADIOLOGIQUE


LES TESTS RADIOLOGIQUES SONT ESSENTIELS EST UN TRAITEMENT D’IMPLANTOLOGIE
Je ne vous recommande pas de vous faire poser un implant sans avoir au moins une radiographie panoramique ou une orthopantomographie. La radiographie panoramique est, comme son nom l’indique, la radiographie qui expose toutes les structures de la bouche : dents, mâchoire inférieure, mâchoire supérieure… et autres organes attachés : narines, pharynx, base du crâne, vertèbres cervicales. Le chirurgien reçoit de nombreuses informations sur la quantité et la qualité de l’os, la proximité des organes à éviter, en particulier le nerf dentaire, le sinus maxillaire ou les racines des dents adjacentes.
Mais cette radiographie offre des images en deux dimensions et, pour les traitements complexes, elle est « insuffisante ». Seul un chirurgien très expert et dans des cas très simples vous demandera de ne subir qu’une orthopantomographie. Il est fortement recommandé de se soumettre à un scanner (tomographie axiale informatisée) ou à un scan pour établir un diagnostic radiologique correct.

Le scanner offre au chirurgien beaucoup plus d’informations que la radiographie panoramique, car il offre les mêmes images que l’autre radiographie, mais en 3D. De cette façon, le chirurgien peut avoir une meilleure idée de la façon de placer les implants de la manière la plus efficace et la plus atraumatique possible.

De nos jours, les attelles chirurgicales peuvent être réalisées à l’aide d’ordinateurs. Ces attelles sont comme une carte en 3D pour le chirurgien et lui offrent un guide pour placer les implants avec la plus grande facilité possible afin de ne pas affecter des structures importantes telles que le nerf dentaire ou le sinus maxillaire.

Une fois que le chirurgien a une idée précise du domaine chirurgical sur lequel il doit travailler, il peut décider s’il doit effectuer des techniques plus complexes comme un lifting du sinus maxillaire ou des greffes d’os ou de gencive.

3-DIAGNOSTIC GÉNÉRAL


Avant de subir une intervention chirurgicale, vous devez confirmer que vous êtes en bonne santé générale. Une partie de la population générale et même de la communauté médicale considère la chirurgie buccale comme « mineure ». Grosse erreur.

Une intervention chirurgicale, quelle que soit la partie de votre corps, doit être traitée avec le sérieux qu’elle mérite.

Il est évident que votre dentiste ne va pas vous sauver la vie, mais il veut que votre santé s’améliore.

Par conséquent, avant de poser vos implants, vous devez vous assurer que vous n’avez aucun problème de santé général qui pourrait compromettre l’intervention ou la viabilité de vos implants. Par exemple, il est important de savoir si vous avez des problèmes d’hypertension, de cœur, de coagulation ou de diabète.

Vous devez être conscient que vous avez déjà perdu vos dents ! Malheureusement, la majorité des patients qui ont perdu leurs dents le sont parce qu’ils n’ont pas pris suffisamment soin de leurs dents, c’est-à-dire qu’ils ne les ont pas nettoyées correctement… certains le sont parce qu’ils ne les ont même jamais nettoyées de leur vie.

Pourquoi allez-vous faire l’effort d’obtenir vos implants si vous n’en prenez pas bien soin ? Si les dents sont perdues par manque de brossage, les implants sont beaucoup plus faciles à poser. Le pourcentage le plus élevé de défaillances des implants dentaires est dû à une mauvaise hygiène de la part de la personne qui les porte.

Avant l’intervention, il est conseillé que l’équipe vous explique les techniques d’hygiène buccale et vous sensibilise à leur importance.

5-INTERVENTION CHIRURGICALE, IMPLANTS DENTAIRES : CONSEILS ET LES DIFFERENTES ÉTAPES

Grattez ! Le grand jour est arrivé. D’ici là, tout est prévu pour faire de vos implants un succès.

La plupart du temps, cela se fait sous anesthésie locale. Pour ceux d’entre vous qui sont un peu plus nerveux, un sédatif sera prescrit au préalable. Si le cas est très complexe ou si vous ne voulez rien savoir du tout, une anesthésie générale sera utilisée, mais dans ce cas, l’intervention devra être faite en milieu hospitalier.

Comme nous l’avons déjà mentionné, lors de l’intervention, le chirurgien posera vos implants avec l’assurance d’avoir planifié dans les moindres détails tous les tests de diagnostic précédents. Il est surprenant de constater la rapidité et la sécurité avec lesquelles pose les implants lors de chaque intervention. Tous les patients quittent le cabinet dentaire enchantés.

Après l’intervention, on vous donne une série d’indications pour la période post-opératoire :

DES CONSEILS POUR APRÈS LA POSE D’UN IMPLANT DENTAIRE

-Appliquer du froid pendant les premières heures après l’opération.
-Régime alimentaire doux les premiers jours.
-Ne pas rincer ni cracher pendant les 24 premières heures afin que la zone opérée guérisse correctement.
-Médicaments : antibiotiques, anti-inflammatoires et antiseptiques locaux.
-Ne vous exercez pas pendant les premiers jours.

6-OSTÉOINTÉGRATION
À ce stade, disons que nou

s avons atteint un plateau dans votre traitement. A partir de maintenant, vous êtes en attente. Non pas que vous deviez vous asseoir sur le canapé et regarder les heures passer, c’est maintenant au tour de votre corps de travailler !

Et qu’est-ce que cela signifie ? Vous voyez, pendant l’opération, le chirurgien a mis les implants de telle manière qu’il est difficile pour eux de sortir du lit qu’il a sculpté, donc vous comprenez bien, il les a bien « vissés ». Mais tout comme ils ont été bien « vissés », ils peuvent être « dévissés » pendant que vous mastiquez vos futures dents avec votre prothèse. Pour que cela n’arrive pas, l’ostéo-intégration doit être produite autour de vos implants. Et qu’est-ce que c’est ? Disons qu’ils « collent » littéralement à l’os pour ne pas en sortir.

Les implants sont fabriqués en titane, le matériau le plus biocompatible. La surface des implants est traitée pour la rendre microporeuse. Peu importe qu’elle soit polie, au contraire. Elle doit être aussi rugueuse que possible afin que les cellules impliquées dans la formation de l’os (ostéoblastes) puissent adhérer à la surface de l’implant et que l’ostéointégration puisse commencer.

Cette période dure de trois à six mois, après quoi vous serez programmé pour l’étape suivante : la deuxième opération.

7-LE DEUXIÈME CABINET DENTAIRE, IMPLANTS DENTAIRES : CONSEILS ET LES DIFFERENTES ÉTAPES


Vous pensez peut-être : « Dois-je me faire opérer à nouveau ? Ne vous inquiétez pas, cette fois-ci, c’est beaucoup plus facile que la première opération.

Cette fois, il faut exposer la « tête » de l’implant. Le chirurgien ne fait qu’une petite incision pour que l’implant soit exposé et que le prothésiste puisse commencer à fabriquer les futures dents. Il réalisera également un petit modèle de votre gencive pour faciliter le travail du prothésiste.

Si la première période post-opératoire est légère, dans celle-ci, vous ne la remarquerez pratiquement pas.

C’est la fin de la phase chirurgicale du traitement avec les implants dentaires. La deuxième phase est la phase prothétique. Au cours de cette phase, vous aurez un rendez-vous avec le prothésiste pour faire soigner vos futures dents. Dans la deuxième partie de cet article, j’expliquerai toutes les étapes à suivre.